Addictions et tabagisme

L’hypnose thérapeutique peut être d’un puissant soutien pour transformer le  symptôme d’addiction.

Les addictions sont devenues très présentes dans notre « modernité ». Addictions à la nourriture, au tabac et aux drogues, à l’alcool mais aussi addiction au travail, aux jeux, a la pornographie, à la consommation d’objet (achat compulsifs), a internet, au portable …

L’addiction, le comportement addictif est très révélateur de notre société, d’une société ou la consommation effrénée est devenue la norme, l’addiction est le stade ultime de la société consumériste.

L’addiction est une hypnose négative.

rituels addictions hypnose limoges

Nous sommes hypnotisés par le « produit ». Il suffit d’observer la relation que nous avons avec notre portable, ou la cigarette pour le savoir. Le regard est focalisé sur le produit. La focalisation c’est bien ce que nous cherchons en hypnose pendant la phase d’induction. Nous sommes focalisés sur le verre de vin, la cigarette, le portable, la tablette de jeu. Notre regard est fixe, figé sur le produit et nous sommes dissocié de l’environnement.

Le comportement addictif fonctionne comme un rituel. Il s’apparente aussi à l’hypnose. En effet tous les protocoles d’hypnose peuvent être apparentés a des rituels. Il s’agit alors de rituels thérapeutiques (par opposition aux rituels « pathologiques » de l’addiction).

Regardons comment nous faisons pour fumer une cigarette, comment nous sortons la cigarette du paquet, comment nous la tenons dans sa main, comment nous la regardons, l’allumons, inhalons le tabac profondément et le rejetons dans une expiration qui ressemble à la respiration profonde de l’hypnose. Tout comportement compulsif et addictif a pour point de départ une attention particulière au produit et une pratique ritualisée qui s’apparente au « sacré ».

Mais il s’agit bien d’une hypnose négative.

Dans l’hypnose thérapeutique,  la focalisation est une technique pour se couper du mental et se réassocier à son corps (par le « centrage »). Dans l’hypnose négative de l’addiction, la focalisation sur le produit entraîne un éloignement du corps. Pris dans ce processus, nous sommes dissociés, nous ne sentons plus nos blessures, notre corps est comme anesthésié. Nous sommes éloignés de la relation première, animale – qui vient de la naissance – d’être un corps et d’avoir à le tenir en vie. C’est ce que Roustang appelle la « perceptude » la perception « première ». Si nous nous éloignons de cette perception première alors de graves choses peuvent se produire.

En hypnose thérapeutique, nous retrouvons cette perception première par le « centrage »

Dans le comportement addictif le lien corps/esprit est rompu. L’ascenseur est bloqué dans le mental.

On observe alors :

  • Une idéalisation du produit, en se focalisant (sélection de l’information)
  • L’envie devient la force motrice qui nous pousse à l’acte. Nous sommes guidés par le seul désir, une sensation de plaisir qui prend la direction de notre vie. Ce désir est comme une relation passionnelle, impossible d’y résister.
  • Un soulagement de la tension. La consommation (nourriture, tabac, drogues, excitants divers) est suivi d’un apaisement

Mais c’est une sensation apparente de soulagement.

Puis vient la culpabilité, le soulagement est de très courte durée et il n’est pas satisfaisant ; vient alors une perception entachée de culpabilité, de remords, d’auto-critique … « tu n’as pas de volonté » …

L’addiction, une pratique d’évitement

éviter fumer hypnose limoges

Pour comprendre le rôle tenu par le comportement addictif (en quelque sorte sa « fonction positive ») il faut regarder de plus près « à quoi cherche-t-on à échapper? »

Nous voulons éviter nos propres peurs

En premier lieu la peur du vide, la peur du néant, du silence

Nous ne savons plus pourquoi nous vivons. Notre vie perd de son sens et le vide est là devant nous, inquiétant. Ce néant, ce vide est particulièrement sensible dans l’ennui (Baudelaire disait « l’ennui, cette porte ouverte sur le néant »)

De même, nombre de personnes craignent le silence et préfèrent l’agitation, le bruit.

La peur de se retrouver seul, confronté a sois même. Pascal disait « tout le malheur du monde vient que nous ne pouvons pas rester une journée seul dans notre chambre »

Et peut-être d’autres peurs plus complexes et ambivalentes comme la peur de la liberté. Erich Fromme le grand psychologue allemand, parlait du « fardeau de la liberté », indiquant par là que de très nombreuses personnes préfèrent se sentir guidés, contraintes plutôt que libres et autonomes. Et dans notre société démocratique les personnes souhaitent s’auto contraindre.

La peur de la maturité. Nous vieillissons mais nous ne devenons pas tous adultes. Être adulte c’est être responsable de soi et des autres et cela peut représenter un poids trop lourd pour beaucoup de nos contemporains.

À l’autonomie, à la liberté, à la maturité beaucoup préfèrent le « plaisir » la recherche effrénée du plaisir immédiat, se revendiquant épicurien, ils ignorent qu’Épicure voyait dans la recherche du plaisir immédiat la survenue des grands malheurs futurs.

L’évitement émotionnel et addiction

Notre société consumériste a mis en avant la valeur du plaisir et l’importance de se « sentir bien ». Il y a un diktat du « bonheur ». Se sentir triste, anxieux, nostalgique est considéré comme anormal.

Nous ne supportons plus l’inconfort et ses sensations désagréables comme la frustration, l’anxiété, la tristesse …

Le mécanisme qui est en jeu dans les addictions, comme pour beaucoup de symptômes, se trouve l’évitement émotionnel, on peut définir ce comportement comme le fait :

  • De ne pas accepter de vivre nos émotions, nos sensations ou pensées déplaisantes
  • De mettre en place des actions pour essayer de contrôler ou modifier ces sentiments, par exemple l’addiction a l’alcool (ou la pornographie) peut être liée à l’évitement d’une angoisse ou d’une peur de la solitude …

L’évitement est un mécanisme de survie qui peut s’avérer efficace à court terme ou pour faire face ponctuellement a une situation précise.

Dans l’addiction, du fait de l’intensité, de la fréquence, de la durée des comportements, d’évitement nous sommes devenus dépendants et sur le long terme cette stratégie d’évitement produit des conséquences dangereuses pour la santé globale.

Boire peut-être efficace pour réduire l’anxiété à court terme, mais à moyen et long terme son anxiété risque d’augmenter, comme le buveur du petit prince qui boit pour oublier d’avoir honte de boire.

L’évitement augmente notre mal être à long terme.

La plupart des addictions, comme d’ailleurs les conduites à risque (la beuverie effrénée, l’automutilation, l’abus de psychotropes) ont en commun d’être des tentatives pour anesthésier les émotions et un vécu trop douloureux. Mais plus nous les combattons plus elles s’intensifient.

De même l’évitement des émotions, nous coupe des autres, il réduit notre capacité à l’empathie et à vivre des sentiments agréables.

Vouloir sortir d’une addiction implique fondamentalement

  • D’abandonner le plaisir immédiat (et de le reconnaître comme une satisfaction très passagère suivie d’une frustration, d’un remord, d’une culpabilité)
  • À accueillir ses émotions, ressentis, état d’âme, pensées négatives
  • À séjourner fréquemment près de ces ressentis chaque fois qu’ils émergent
  • À honorer (parrainer, sponsoriser ces ressentis) en vue de leur transformation

L’addiction, une porte d’entrée vers une vérité plus profonde de soi

solution arrêter de fumer hypnose limoges

Comme beaucoup de symptômes, l’addiction si elle est acceptée et reconnue, peut ouvrir de nouvelles perspectives riches en développement. En effet c’est comme si l’on été lancé dans une quête de soi. Et au moment où nous nous approchons de notre vérité plus profonde, nous retombons dans l’aliénation, la dépendance.

La présence du vide, du néant, de la solitude, du silence, de la mort sont certes des énergies très actives dans les addictions mais c’est précisément en s’approchant un peu plus encore de ces présences qu’elles se transforment en don, en quête spirituelle.

L’alcoolique ignore certes la quête spirituelle inconsciente qui l’anime mais c’est parfois en « touchant le fond », qu’il voit et accepte l’immensité de sa détresse humaine qu’il quitte l’alcool et réoriente sa vie.

Expliquer la démarche d’accompagnement par l’hypnose

accompagnement arrêter de fumer hypnoise limoges

Pour sortir de l’addiction la démarche prévoit :

  • Un recueil d’information sur le comportement addictif : les contextes d’apparition, son intensité, sa fréquence, sa durée, ses conséquences …
  • Un objectif formulé de manière authentique (congruente)
  • Une connexion au centre
  • Une connexion aux ressources, et plus particulièrement aux mentors pouvant soutenir la personne dans son voyage de transformation
  • Un travail avec l’hypnose : différents protocoles peuvent être utilisés

 

Les hypnothérapeutes à Limoges qui vous accompagnent pour vous libérer d'une addiction.

Amélie CHARRIER

06-17-04-25-36

Julien GOURBAT

06-75-01-64-03

Les praticiens du cabinet Hypnose &Moi à Limoges sont certifiés par l’institut de formations en hypnose Ericksonienne Ressources In Situ.

Fermer le menu