Dépasser la dépression.

Dépasser la dépression avec les trois grandes phases de William Bridges.

L’apport de William BRIDGES

William BRIDGES, reconnu comme l’un des plus grands spécialistes dans la conduite des transitions, voit 3 grandes phases dans ce bouleversement que représente une « dépression ».

Savoir dire « Adieu »

psychothérapie dépression hypnose

 

1ère phase : savoir dire « adieu » à ce qu’on était, à ce qu’on a aimé, à ce qui nous a motivé, sécurisé, construit …

Beaucoup de personnes ont du mal à quitter les choses avec grâce, à dire « adieu » a une vision du monde, a des croyances, valeurs, critères, rêves, aspirations …

Nous pensons que ces fins sont un point final et cela nous fait peur. Nous n’arrivons pas à tourner la page souvent pour conserver illusoirement une stabilité. Nous sommes en quelques sorte tirés vers le passé et incapable d’effectuer un travail de reconstruction.

On dira alors que nous n’arrivons pas à faire le deuil (de la femme qu’elle était, du métier qu’il avait, du père qu’il a pu être, de l’ami dévoué et fidèle qu’il était …) alors même que ces identités de rôle n’ont plus aucun sens pour nous-même. Toute fin est une mort symbolique et nous ne sommes pas préparés à accepter la fin de quelque chose.

On peut noter cinq aspects du processus naturel de fin :

Le désengagement

Dans les sociétés traditionnelles, les individus en transition devaient être retirés de leur milieu habituel (le jeune est conduit dans la forêt ou le désert …). Ce retrait facilitait l’introspection.

Personne aujourd’hui ne vient nous dire de nous extraire de notre milieu mais nous sentons parfois en nous cette force qui nous amène à nous désengager.

Ce désengagement peut parfois être imposé ou contraint (divorce, licenciement, perte d’un parent, crise cardiaque …) et nous sommes encore moins prêts à voir le beau coté des choses (l’intention positive de ce qui arrive). Cependant, il s’agit bien d’un désengagement qu’il soit voulu ou subi et nous entrons dans une nouvelle transition de vie.

Le démantèlement

Le processus de transition s’ouvre par un désengagement (qui nous sépare de notre univers affectif et social) mais cela ne modifie pas encore les fondements de la vie que nous avons construite. Nous sommes « seulement » privés de nos repères et automatiques, vient alors la phase de démantèlement.

Avec la phase de démantèlement de notre ancien univers : nous défaisons tous les fils qui nous retenaient à notre ancienne vie, ou à notre ancienne relation : les anciens rituels, les croyances et certitudes …

 La désidentification

En rompant nos anciens liens et en démantelant les structures internes de ces liens, on perd également une ancienne définition de nous-mêmes.

La plupart des êtres en transition ont le sentiment de ne plus savoir qui ils sont, la société traditionnelle donnait alors à la personne une identité temporaire : le crane de l’initié était rasé, le visage était peint, il portait un masque, était habillé de vêtements étranges … le processus de désidentification (perte des anciens rôles) peut être particulièrement perturbant dans le cadre des réorientations professionnelles.

Dans bien des cas, nous devons nous trouver une identité temporaire, car notre environnement est truffé d’identités sociales, d’étiquettes. Un état dépressif est la marque d’une personne en transition qui n’arrive pas à se trouver une identité temporaire alors même que ses anciens rôles sont démantelés.

Le désenchantement

Détaché de notre ancienne identité, nous nous retrouvons à « flotter entre deux mondes »

Toutes les transitions s’accompagnent nécessairement du désenchantement. Nous comprenons alors que nous avons idéalisé telle personne ou telle organisation, ou pire encore nous nous rendons à l’évidence que nous n’étions pas la personne que nous prétendions être, que nous croyons être (désenchantement de soi), désenchantement de notre travail, de nos enfants …

Ce désenchantement nous pose un défi important : nous devons faire table rase du passé. Ce travail demande lucidité et courage. Il va à l’encontre de notre culture qui voit toute évolution personnelle comme une accumulation d’apprentissages.

Or nous devons désapprendre, renoncer à nos anciennes croyances pour grandir. Nous devons admettre qu’une part de notre identité était une vue de l’esprit (une représentation) utile a un certain moment : le parent parfait, le chef courageux, l’épouse idéal, la mère aimante … 

C’est à ce prix que nous pourrons à nouveaux réenchanter notre vie. Quand le temps du désenchantement est venu, c’est le signe que l’on est désormais disposé à voir et comprendre plus de choses. La personne dépressive est confrontée à cet état de désenchantement mais elle ne l’accepte pas. Elle n’est pas alors désenchantée mais désillusionnée : c’est une grosse différence : 

  • Un être désenchanté tourne la page (il considère que son ancienne vision des choses a eu un intérêt dans le passé, mais qu’elle ne suffit plus …
  • Un être désillusionné reste fidèle a son ancienne vision des choses : une femme déçue quittera son mari ou son entreprise, mais sans renoncer à sa vision idéale des rapports humains et professionnels (elle continue à chercher le prince charmant, qu’elle ne trouve pas naturellement). Elle tourne en rond et se prive de toute réelle perspective d’évolution.

La désorientation

L’état de transition nous oblige à renoncer à notre ancienne réalité. Ou cette réalité, était notre boussole intérieure : qui nous disait que nous avancions, reculions … elle nous permettait de nous orienter et d’avancer vers l’avenir. La personne se dit « je ne sais plus où je suis » comme une épave jetée sur un récif existentiel

Les projets d’avenir sont les premières victimes de la désorientation. L’être perd toute motivation, partagé entre le désespoir et le sentiment de devoir « positiver » à tout prix. Il avance à tâtons dans l’obscurité, la confusion et la vacuité règnent en maitre, et la vie quotidienne parait irréelle.

Les choses autrefois importantes ne semblent plus dignes d’intérêts, on se sent pris au piège, perdu dans un no man’s land, le héros se perd dans le labyrinthe.

La désorientation nous fait perdre nos repères dans l’espace mais aussi dans le temps (allongement du temps)

Désengagements, démantèlement, désidentification, désenchantement, désorientation : nous nous trouvons devant un grand vide (qui explique notre résistance face aux transitions). Cependant, avant de trouver de nouveaux repères, il faut traverser un passage à vide (qui vient réveiller nos vieilles blessures autour de l’abandon et nos vieilles craintes de la mort)

Au milieu de la dépression, la zone neutre

dépression hypnose limoges

 « Atteindre le vide parfait, c’est se fixer fermement dans le repos. »

« Pratiquer le non-agir, c’est œuvrer dans l’inaction, goutter ce qui est sans saveur. » Lao Tseu

Après la fin, vient la phase d’entre-deux, une zone neutre. L’être en transition a besoin de solitude, sans qu’il en connaisse les raisons. Il part seul en weekend sans dire où il va, il ne sait pas quoi répondre, car ses motivations sont obscures. Il pense qu’il va réfléchir mais il ne réfléchît pas nécessairement, il erre dans les rues ou sur une plage, il s’assied sur un banc ou dans une salle de cinéma, il observe les passants ou les nuages. 

Alors que lui-même et ses proches voient cette période improductive, dépourvue de sens, ils oublient que le rôle de la zone neutre est d’ouvrir une parenthèse dans le quotidien de l’être en transition. Pour pouvoir effectuer un travail de transformation intérieure il lui faut ces moments de solitude marqués par le désœuvrement « se fixer fermement dans le repos, pratiquer le non-agir » pour laisser l’esprit inconscient faire son travail de renouvellement (rêves, images, intuitions nouvelles, symboles …)

Dans les sociétés traditionnelles on conduisait l’initié dans un endroit désert, en l’affaiblissant par le jeûne et l’épuisement physique, en chassant son état de conscience antérieur à force de chants et de mouvements rythmiques. On aidait ainsi l’initié à s’ouvrir à l’expérience transformatrice de la zone neutre.

Dans nos sociétés modernes, nous ignorons ce qui nous arrive et combien de temps cela durera. Nous nous demandons si nous sommes en train de devenir fou, ou au contraire, de comprendre enfin le sens de notre vie, il nous est difficile d’en parler autour de nous.

Les taches pendant la zone neutre :

  • Ne pas chercher à sortir de l’ornière mais à y entrer plus profondément
  • Admettre que nous avons besoin de la zone neutre
  • Continuer à avancer lentement (ne pas accélérer)
  • Ne pas rembobiner le film de sa vie et à vouloir revenir à la situation antérieur (la transition qui nous a conduit à la zone neutre ne peut pas être effacée)
  • Se ménager des parenthèses régulières de solitude
  • Tenir un journal de bord de ses expériences dans la zone neutre
  • Profiter de cette pause pour écrire son autobiographie (savoir d’où l’on vient), ce passé va prendre un nouveau visage a la lumière de la transition
  • Profiter du moment pour découvrir ce que l’on veut vraiment
  • Consacrer quelques jours à effectuer son propre rite de passage : cultiver sa propre réceptivité

Il est rassurant de constater que de grandes figures ont elles aussi tâtonné dans les ténèbres de la zone neutre 

Le renouveau de la vie adulte

dépression renouveau hypnose limoges

 Lorsque l’on est prêt à prendre un nouveau départ, l’occasion se présente rapidement.

Nous devons être attentifs aux signaux intérieurs pour détecter l’approche d’un nouveau départ : une impression discrète de changement, de renouveau, de nouvel air du temps. Ce signal est très subtil et il est nécessaire d’être dans le calme pour le percevoir (un son, une image, une sensation, un rêve …) ce nouveau départ se fait sur un réalignement intérieur (plutôt que sur un changement extérieur)

Ce réalignement concerne tous les niveaux logiques

  • La vision
  • La mission, l’identité (un nouveau sens de soi)
  • Les croyances, valeurs
  • Les stratégies, les ressources
  • Les comportements, actions
  • L’environnement

C’est le plus souvent après que notre ancien monde intérieur se soit effondré que nous accédons à une nouvelle vision, un nouveau sens de soi …

Beaucoup découvrent leur véritable mission de vie grâce à cette transition.

Au sein du chaos de la zone neutre, une nouvelle forme émerge. Après la jachère, la vie reprend ses droits, de nouvelles visualisations du futur deviennent alors possibles.

Notre travail avec l’hypnose concernant le traitement des « états dépressifs » s’appuie sur le socle que nous venons de décrire ici.

L’idée maîtresse : « ce que nous appelons état dépressif est en fait une transition de vie qui peut mener la personne a un renouveau de sa vie adulte »

Ce qui empêche cette transition d’aboutir à une mutation vers le renouveau tient à de nombreuses croyances limitantes (ces croyances viennent perturber le processus de transition) 

Les croyances les plus puissamment nocives sont les suivantes :

  • La croyance que cette transformation de monde intérieur est une mauvaise chose
  • La croyance que cet état est assimilé à une malédiction, nombreux sont qui vivent leur état comme une malédiction et se cachent.
  • La croyance qu’il faut tout faire pour quitter cet état, alors qu’il faut s’y maintenir (parfois même durablement)
  • La croyance qu’il faut chercher à retrouver la « vie d’avant » alors que le défi consiste à reconstruire un nouveau monde intérieur
  • La croyance que l’on a pas les ressources pour trouver le déclic et se renouveler, que nous devons être « chimiquement assistés » etc…

Aussi la première tâche lors de la première séances consiste à effectuer un puissant recadrage (changement de sens) de ce qu’on a nommé « dépression ».

Ainsi nous pouvons reconsidérer sous un tout autre angle notre vécu subjectif actuel considéré par comme gravement pathologique et désespérant. Nous pouvons en quelques minutes nous connecter à notre expérience et commencer à la parrainer.

Les hypnothérapeutes à Limoges qui vous accompagnent pour dépasser la dépression:

Amélie CHARRIER

06-17-04-25-36

Julien GOURBAT

06-75-01-64-03

Les praticiens du cabinet Hypnose &Moi à Limoges sont certifiés par l’institut de formations en hypnose Ericksonienne Ressources In Situ.

Fermer le menu